Une modestie, ou ma solution d'urgence pour ne pas mourir à Vaux

00:14 Sarah 2 Comments

Alors voilà, on commence à regarder les prévisions météo (Vaux c'est dimanche) ! Et visiblement, dame Nature ne sera pas trop de notre côté. Rien de précis pour le moment, mais ça ne s'annonce pas non plus sous les meilleurs auspices. J'ai encore l'espoir qu'il ne pleuve pas, par contre il apparait qu'on doive faire une croix sur le soleil éclatant et la chaleur tropicale, à moins d'un miracle divin.

Seulement, quelques constats s'imposent :

1. Je n'ai ni cape, ni gants, ni ombrelle (qui ferait office de parapluie en cas de temps bien pourri).
2. J'ai en revanche un décolleté plongeant et une jupe en soie blanche (qui sera détruite s'il pleut. S'il pleut donc, je me suicide).

Voilà voilà. Il faut donc vite faire quelque chose histoire que j'évite de mourir d'une pneumonie :

  • Pour palier au manque de gants, je vais emmener mon manchon en fourrure, je pense qu'il me sauvera. 
  • Pour palier à mon manque de cape (pas de tissu et absolument pas le temps d'en faire une), je vais utiliser un morceau de mousseline de soie blanche à rayures pour me faire une modestie. 

"Une quoi ?" entends-je au fond de la salle. Oui oui une modestie.  Et qu'est-ce ? C'est tout simplement un morceau de tissu (mousseline, coton) très souvent de couleur blanche, parfois à rayures, ou à petits motifs, souvent brodé, taillé en triangle ou en rectangle et que l'on porte autour du décolleté (ou parfois juste noué sur le devant). Les deux pans du tissu sont croisés devant et se coincent à l'intérieur du décolleté. Cette pièce était très souvent utilisée par les dames du XVIIIe siècle, et j'avoue que c'est une alternative plaisante à la grosse cape qui cachera ma robe (même si ce n'est pas l'alternative la plus chaude).

J'ai dans ma réserve un morceau de mousseline de soie blanche à rayures (blanches également) qui me semble approprié, et je vais donc me bricoler quelque chose vite fait avec (rien de bien sorcier, juste me tailler un rectangle quoi).

Voici quelques exemples de modestie histoire de faire mon petit benchmark et vous régaler de belles images en même temps :




Bon là je ne suis pas sure que c'est une modestie vu qu'elle est complètement dénouée mais le tissu ressemble beaucoup à ce que j'ai.





Là aussi ça se rapproche pas mal de mon tissu. Au moins ça sera historique ! 

2 commentaires:

  1. Bonne explication et illustration du sujet!

    Par contre je vais apporter une nuance qui m'a été expliquée l'autre jour par une spécialiste (dans l'optique de mon mémoire qui porte sur la représentation des costumes à la fin du XVIIIe siècle)

    Ce que nous appelons communément modestie par abus de langage était nommé par les marchandes de mode du XVIIIe, fichus de col. La modestie étant une petite pièce de tissu entre le corps baleiné et le manteau de robe servant à cacher aux yeux les tétons des poitrines fortement remontées (pièce qui se cache assez souvent dans les belles dentelles mousseuses des chemises!)

    Voilà!

    Autant faire partager les informations que l'on peut apprendre:)

    RépondreSupprimer
  2. Super, merci beaucoup Mlle de Lisle pour l'information, c'est super intéressant !

    RépondreSupprimer