Boite à couture : les indispensables pour bien commencer

12:31 Sarah 3 Comments


Quand on se lance dans la couture, on pense parfois qu'il nous suffit d'une machine à coudre, de fil et de tissu pour débuter et que ça ira bien. Que nenni ! Si vous voulez vous faciliter l'étape de l'apprentissage et ne pas vous dégouter à vie de la couture, il faut un minimum syndical.

J'ai ouvert pour vous ma petite boite à couture pour vous en faire l'inventaire. Absolument tous les outils que je vais vous présenter me sont indispensables et me facilitent la vie.

Ne vous fiez pas à son nom, ceci est bien ma boite à couture ! 

Voyons ça d'un peu plus près

1. Les outils de coupe et de tracé. 

Vous allez vraisemblablement devoir utiliser des patrons, découper les pièces de votre tissu etc, voici donc le b-a-ba :

A gauche : des ciseaux de couturière, indispensable pour bien découper plusieurs couches de tissu à la fois. Sachez qu'il existe des ciseaux pour gaucher sur le site Rascol (ceux-ci en sont et c'est bien pratique, les gauchers me comprendront). Au milieu : des ciseaux de broderie, avec une petite tête fine et pointue, qui vous aidera à défaire des coutures, couper les fils, en gros faire toutes les petites choses de précision. A droite : des ciseaux cranteurs qui découpent le tissu en formant des petits "zigs zags". Outre le fait que cela peut-être décoratif pour certaines pièces (et surtout quand on fait de l'historique, c'est très utile pour les décos), cette façon de découper empêche également la plupart des tissus de filer.

Ce crayon s'efface facilement et vous permet de tracer toutes vos mesures directement sur le tissu.

2. Les outils de mesure.

Vous pourrez prendre des mesures facilement sur vous grâce au mètre ruban (ou mètre de couturière), et la règle graduée vous aidera à tracer des traits bien droits sur votre tissu au besoin.

Bien sur, une boite d'épingles. Privilégiez des épingles à grosses têtes en plastique, vous vous ferez moins mal au doigt en essayant de piquer de grosses épaisseurs. N'oubliez pas la petite boule en mousse pour y piquez vos épingles et les avoir plus facilement à portée.

3. Coudre. 

Et oui un jour vous en aurez besoin, vous ne pourrez pas utiliser la machine à coudre à tous les coups. Et même, pour débuter, je vous conseille de batir toutes vos coutures à la main (c'est à dire coudre à "gros points vite faits") pour que ce soit plus facile à coudre par la suite à la machine et que rien ne bouge. 

Du fil évidemment, de la même couleur que votre tissu pour que les coutures soient le plus invisibles possibles (sauf si vous décidiez de faire les coutures d'une autre couleur pour certaines pièces, ça peut aussi être sympa)

Choisissez bien votre machine à coudre. Pas besoin d'y mettre toutes vos économies, une machine entre 150 et 200 euros est parfaite pour débuter. Les marques sûres : Brother, Singer, Husqvarna, Pfaff. Je ne citerai qu'une marque à éviter comme la peste : Harper. Et particulièrement le modèle Harper Mac 5, ma première machine à coudre. Elle a un gros souci avec le fil de la bobine (souci récurrent, cherchez sur Google et vous verrez), et coud très mal. Bref, son prix est très attractif (moins de 100 euros il me semble), mais cette machine va vous dégouter de la couture... Pour info, la machine que j'ai actuellement (celle de la photo) est parfaite pour un débutant. C'est une Brother LS2125, elle m'a couté un peu plus de 100 euros. 

4. Découdre. 

Oui, quand on débute, on fait plein de bêtises. On coud une pièce à l'endroit et une pièce à l'envers. On est tellement pressé de s'y mettre qu'on ne réfléchi pas assez (c'est encore mon cas). Alors on est tout content une fois la couture faite, et ensuite on y regarde de plus près, et c'est la catastrophe : vous vous êtes méchamment gouré : vous avez cousu la manche dans le trou de l'encolure (oui pourquoi pas).
Pas de panique, une couture n'est jamais définitive. Il suffit de découdre et de recommencer. C'est d'ailleurs comme ça qu'on apprend. Moi, je découd systématiquement au moins 3 ou 4 fois les manches, parce que je ne maitrise pas encore bien la pose des manches. Je fais aussi très souvent des bêtises dûes à mon impatience. 

Alleluia, l'arme ultime, la décousette.

5. Fignoler.

Je parle de fignolages mais en fait, le fer à repasser vous servira aussi AVANT de coudre. Repassez systématiquement votre tissu avant de le découper. Et une fois tout cousu, repassez le vêtement, applatissez chaque couture, vous verrez c'est magique ! 

6. Outils en plus.

Si vous vous lancez dans le costume historique, il y aura quelques autres petits outils qui vous seront utiles : 

De la colle à tissu, pour pouvoir décorer les chapeaux, coller des strass et des perles sur le costume etc. Pour l'avoir déjà essayé, ça tient très bien, même après un passage en machine (je ne garantis pas sur la durée par contre, le mieux est toujours de coudre quand on en a le courage mais je suis une grosse flemmarde, sachons le).

Une lime à ongles. Pas pour vous faire les ongles, non, mais surtout pour limer les extrémités des baleines et les arrondir. Ce serait dommage que vos baleines déchirent le tissu de votre corsage ou de votre panier. 

Vous allez certainement devoir poser des oeillets pour fermer votre robe à la française ou votre corset par exemple. Je vous conseille donc une pince à oeillets. La pince est très pratique et vous permet de poser des oeillets en deux temps trois mouvements sans vous tuer (trop) les mains. 

7. De l'importance de l'espace de travail.

Tout le monde n'a pas la chance d'avoir un espace dédié à la couture. J'ai moi même fait mes débuts dans un 27m2 que je devais partager avec mon ami. C'est très très énervant de devoir tout ranger au moment de déjeuner (vu que je squattais la seule table). J'ai ensuite déménagé dans un appartement plus grand et surtout qui a une pièce en plus. Une petite pièce, mais ça me change littéralement la vie. Je vous présente donc mon "atelier" (mot pompeux pour quelqu'un qui sait à peine coudre) : 


En plus pour une fois c'est rangé !



Mais je dois quand même partager ce petit espace avec un colocataire, alors c'est pas facile tous les jours : 

Je vous présente Petzouille.

3 commentaires:

  1. MDR eh c'est pas tout le monde qui a un atelier.
    Et je confirme la décousette c'est le Graal!!!

    RépondreSupprimer
  2. Tu as de beaux ciseaux tu sais... Et l'espace de travail c'est vraiment ça qui fait la différence pour moi. Car lorsque l'on doit étaler les patrons, commencer à poser les pièces et que le tel sonne c'est toujours cool de pouvoir tout laisser en place. Pour y revenir plutard.

    RépondreSupprimer
  3. Trop chou le lapin!!! Il sait coudre aussi? Lol

    RépondreSupprimer